Actualité & événement

Le tripartite ou le "maillon faible"

Le tripartite ou le "maillon faible"

dans le processus d'accompagnement en coaching

Souvent vu comme une simple formalité afin de confirmer les objectifs du coaché et du N+1, le tripartite est un travail à fort enjeu qui est souvent négligé.

De ma propre expérience et selon ce que je constate auprès de mes supervisés, il est souvent l'espace révélateur de plusieurs dimensions.

  • La relation N et N+1 :

Pendant le tripartite, nous avons accès en direct à la nature de la relation entre le N et le N+1, comme des tensions, des incompréhensions, de l'implicite et le climat relationnel (regards, reconnaissance, etc...). Ce qui permettra par la suite d'avoir un regard décalé par rapport au coaché et de revenir sur notre perception de la situation relationnelle entre le coaché et son supérieur hiérarchique et y-compris ce que nous avons éprouvé afin de la mettre au service de l’accompagnement.

  • Le système relationnel du service (lié au dirigeant) :

Après s'être intéressé à la relation N et N+1, il est important de se tourner vers le N+1 lui -même qui est à l'origine du climat qui règne dans son équipe, lié à ses propres comportements et attitudes vis-à-vis de ses collaborateurs. L'espace du tripartite est un moment au cours duquel il est possible d'aider le dirigeant et de le soutenir dans ses demandes face à son collaborateur car ce n'est pas une évidence. Bon nombre de dirigeants ne sont pas aussi à l'aise avec leurs demandes et surtout leurs besoins. De ce point de vue, nous pouvons intégrer pleinement le dirigeant dans le processus d’accompagnement et dans son implication. Comme par exemple, dans un travail préparatoire au tripartite comme peut le faire aujourd'hui Bernard Destrebecq, coach de la société 2ABD.

  • Le système relationnel de l'entreprise (culture) :

La dynamique relationnelle va s'inscrire d'une manière globale dans ce qui est appelé communément la culture d'entreprise. Quels sont les us et coutumes ? Cela est très important, ce qui peut être une règle à un endroit, devient une tradition dans un autre... Ce qui crée un savoir-vivre implicite, pas toujours compris. Afin de mieux me faire comprendre, je rappelle qu’une règle est normalement posée et entendue par tous. Elle est explicite, qu’elle soit respectée ou transgressée. Parfois, dans certains groupes, naissent des "traditions", c'est-à-dire des règles implicites qui régissent les comportements du groupe, qui ne sont inscrites nulle part et qui pour autant peuvent créer des phénomènes d'intégration dans le meilleur des cas et de rejets dans d'autres cas, voire de bouc émissaire. Le bizutage en est la forme caricaturale ! La moins explicite est "faire ses preuves" vis-à-vis du groupe.

Au delà de ce qu'il vient révéler, l'espace du tripartite est un espace de régulation et parfois de médiation. Comme je le disais, cet espace n'est pas considéré et bien souvent délaissé par le coach comme une simple formalité administrative alors qu'il est la pierre angulaire de la réussite du coaching.

Si nous tenons compte des trois points évoqués précédemment et que nous accordons du crédit à cette dynamique relationnelle, nous pouvons facilement comprendre les enjeux de réussite liés à ce temps de travail nommé tripartite.

N'oublions pas que la relation est le premier indicateur des Risques Psycho-Sociaux après les conditions de travail et la charge de travail ! Cela plaide d'autant plus à être attentif à cette instance du tripartite. Malgré le fait de le considérer comme "le maillon faible" du processus, il est nécessaire de le travailler avec application et implication afin de ne pas oublier sa fragilité dans le processus et d'en faire un point stratégique dans la réussite de l'accompagnement. Car il est important de ne pas oublier que le client reste l'entreprise, et que le temps de tripartite reste à cet égard primordial dans l'accompagnement du coaché.

Et pour finir, on parle aussi de quadripartite, où nous retrouvons les mêmes fragilités que dans le tripartite. La question qui se pose, qui a besoin que les RH soient présentes…

Par Cyrille Bertrand

Tags:

Meilleurs Articles
Articles Récents